Depuis plusieurs jours le mot canicule a fait son retour dans l’Hérault.

Le préfet interdit toutes manifestations sportives et culturelles en extérieur, le ministre de l’éducation reporte un examen national.
Il fait chaud de plus en plus chaud. Les médias nous ont prévenu, ne pas sortir, boire, prendre soins de ses proches, des anciens, des animaux…. mais les Grenaches, Viogniers, Carignans on en parle quand ?

43º a l’ombre, les vignes ont chaud, très chaud. Comment faire ?
Attendre, attendre encore, faire un tour au chai ou même là la fraîche n’est pas au RDV.
Attendre que cela passe, pour constater les dégâts de la nature sur la nature.
Constater que le travail d’une année a était brûlé, cramé, anéanti.
Constater qu’il va falloir continuer jusqu’au jour attendu des vendanges.
Verser une larme, une goute d’eau qui leurs a tant manqué à ces vignes.
Relever la tête comme l’ont déjà fait des générations de vignerons auparavant et garder la force de continuer.
Voilà ce qu’il y avait dans la tête d’Emilien, Nicolas, Yves, Bertrand, Christophe… en ce jour de canicule.

Aller à la barre d’outils